PROTEGEONS L'ATELIER DU NON FAIRE ET SES 8000 ŒUVRES , UN PRECIEUX PATRIMOINE POUR TOUS

Communiqué de presse
Dans les 1500 m2 du pavillon 53 de l’ancien hôpital de Maison Blanche à Neuilly-sur-Marne dorment 8000 œuvres réalisées par des patients et des visiteurs pendant 30 ans au sein d’un atelier de création hors-norme. Aujourd’hui, ces œuvres étonnantes, qui ont fait l’objet de nombreuses expositions à l’extérieur et qui relèvent de la mémoire collective sont en danger. Car l’hôpital a été vendu à un promoteur immobilier qui presse la ville de Neuilly-sur-Marne de libérer les lieux. Le massacre a commencé ce vendredi 3 avril, où les premières œuvres ont été jetées à la benne par le personnel de la « salubrité » de l’hôpital. Un comité de soutien s’est créé, qui lance un appel aux pouvoirs publics.
 
Vidéo You Tube : https://youtu.be/Zqlz4LorcPg
 

Historique
En 1983, Christian Sabas infirmier psychiatrique, mais aussi peintre et musicien, soutenu par une petite partie de l’administration ouvre un atelier de création, l’Atelier du Non Faire. Chacun peut s’y rendre pour peindre, jouer de la musique ou juste être là à ne rien faire. Pendant toutes ces années, l’Atelier est un espace de liberté et de création salutaire et prolifique. Son activité fait l’objet, en France et à l’étranger, de nombreuses publications, articles de presses, films, livres, CD. Mais en 2005, Maison-Blanche ferme le site au profit de petites unités de soins dans Paris. Dans un premier temps, l’Atelier est délocalisé dans des petites structures parisiennes où Christian Sabas est successivement détaché, puis il lui est finalement demandé d'arrêter. Soutenu par l’association Atelier du Non-Faire, Christian Sabas, aujourd’hui officiellement à la retraite, continue de faire vivre l’Atelier par le biais d’expositions, d’évènements, de concerts. Les négociations qui s’étaient engagées avec la Mairie de Neuilly-sur- Marne, le promoteur (l’AFTRP) et l’hôpital psychiatrique voisin (Ville-Evrard) afin d’abriter et préserver le fond d’œuvres, n’ont pas abouti. Malgré ses nombreuses tentatives pour trouver des solutions, sans moyens financiers et soutiens suffisants, l’association se retrouve dans l’incapacité de sauver ces œuvres.
 
Atelier du Non Faire – Paris, le 8 avril 2015


Écrire commentaire

Commentaires : 0